L’acidose chez les vaches : Causes, symptômes, traitement et prévention

Le nom de la maladie acidose (acid en latin – acide, osis en grec – état) fait référence à l’état dans lequel le corps présente un niveau excessif d’acide. Chez les bovins, l’acidose est généralement associée à l’alimentation et à l’activité du rumen, lorsque son contenu et sa microflore changent.

Causes de l'acidose

Chez les bovins, la cause de l’acidose est généralement associée à un dysfonctionnement du rumen résultant d’un régime alimentaire composé de rations riches en céréales, de fourrages acides (par exemple, l’ensilage de maïs) et de fourrages pauvres en fibres. Les bovins peuvent également contracter la maladie après avoir consommé une grande quantité d’aliments concentrés en une seule fois. Les bovins sont les plus sensibles à la maladie dans les 3 à 5 mois qui suivent le vêlage. En raison de la production intensive de lait, des besoins énergétiques accrus et de la capacité limitée à consommer la quantité d’aliments nécessaire, les bovins reçoivent des rations contenant une proportion relativement élevée d’aliments concentrés et manquant souvent de fibres.

On peut affirmer que l’acidose est une maladie des troupeaux de bovins à haute productivité. Afin d’augmenter la production, il est nécessaire d’inclure une plus grande quantité de cultures céréalières et de concentrés dans le régime alimentaire, tout en réduisant la proportion de fourrage de graminées. Le fourrage doit être haché à l’aide de distributeurs de fourrage, mais si la technique n’est pas respectée, le fourrage est mal haché, ce qui peut entraîner une acidose.

Symptômes et types d'acidose chez les bovins laitiers

En fonction du niveau d’acidification du rumen et des symptômes qui apparaissent, l’acidose peut être subaiguë ou aiguë. Normalement, le pH du grand rumen des vaches en bonne santé se situe entre 6,3 et 7,3. L’acidose commence à se développer lorsque la baisse du pH du rumen dure plus de 4 heures.

Dans l’acidose subaiguë (SARA), le pH diminue sur une période de plus de 24 heures et se situe autour de 5,0-5,5. L’appétit du bétail diminue, les contractions du rumen s’affaiblissent et il se remplit moins. Les fèces deviennent plus claires et plus liquides, avec des particules visibles d’aliments non digérés. En raison de la mauvaise digestion des fibres, la teneur en matières grasses du lait diminue et le rapport entre les matières grasses et les protéines du lait change (< 1,2). Au fur et à mesure que la maladie progresse et se prolonge, la fourbure, les inflammations utérines, le déplacement de la caillette, la carence en calcium, etc. se développent.

En cas d’acidose aiguë, le pH du rumen chute à moins de 5,2 et les symptômes deviennent plus prononcés. La maladie survient généralement lorsque les bovins surconsomment accidentellement des concentrés ou lorsque la composition des rations est brusquement modifiée, de sorte que la quantité d’aliments concentrés est beaucoup plus élevée que dans la ration précédente (par exemple, passage soudain de la ration des vaches de trait à la ration des vaches laitières fraîches). Chez les bovins, lorsque l’activité du rumen est perturbée, l’appétit diminue et la production de lait baisse. Les vaches ont la diarrhée, les excréments deviennent liquides, visqueux et mousseux, des signes de déshydratation apparaissent et le travail du cœur devient plus difficile. Les bovins sont apathiques, se couchent plus souvent et grincent des dents. Parfois, ils sont agités, frissonnent et se donnent des coups de pied dans l’abdomen en raison de coliques gastro-intestinales. Si la maladie se prolonge et que des mesures ne sont pas prises à temps, l’état général de l’organisme s’aggrave et des processus inflammatoires se développent dans d’autres parties du tube digestif. En raison des complications, il peut s’avérer nécessaire d’abattre l’animal le plus rapidement possible. En cas d’acidose très grave, les bovins tombent souvent dans le coma.

Pertes subies

L’acidose subaiguë dans la première moitié de la lactation peut être diagnostiquée chez 15 à 40 % des bovins. Les principales pertes économiques sont dues à une diminution de la production de lait et à une baisse de sa qualité. Les pertes sont plus importantes en cas de forme sévère de la maladie. Les bovins nécessitent alors un traitement complexe, et parfois même une vache productive à fort potentiel génétique doit être réformée.

Comment détecter l'acidose chez les vaches ?

Contrôle du pH du contenu du rumen

Il est possible d’identifier la maladie grâce à ses symptômes cliniques caractéristiques et à la composition et à la structure des rations des bovins. Le contrôle de l’activité du rumen et de son pH est une méthode efficace pour diagnostiquer l’acidose. L’un des premiers signes de l’acidose est l’affaiblissement du rumen. En cas d’acidose aiguë et grave, le bétail peut ne pas ruminer du tout. Le rumen d’un bovin sain se contracte 5 à 7 fois en 5 minutes, et la rumination dure environ 40 à 50 minutes 7 à 8 fois par jour. Dans les fermes, il est courant d’utiliser des bolus qui enregistrent les indicateurs d’activité du rumen et le pH. Cela permet de détecter à temps certains problèmes de santé chez les bovins et de prévenir leur progression. Certains spécialistes conseillent d’effectuer une ponction du rumen afin de prélever un échantillon du contenu du rumen et de déterminer son pH. Cette procédure doit être effectuée 4 à 8 heures après l’alimentation avec un mélange d’aliments préparé à l’aide d’un distributeur ou 2 à 4 heures après l’alimentation avec des concentrés. Le pH du contenu du rumen est mesuré à l’aide d’un pH-mètre ou d’indicateurs en papier. Bien que la procédure soit relativement simple, elle requiert des compétences et du temps et ne peut être effectuée que par des personnes qualifiées. Elle peut s’avérer peu pratique dans les grandes exploitations laitières, où le bétail subit un stress supplémentaire au cours de la procédure.

Diagnostic de l'acidose avec le BROLIS HerdLine

L’analyseur de lait en ligne BROLIS HerdLine est comme un petit laboratoire dans votre exploitation laitière. L’analyseur examine la composition du lait de chaque vache à chaque traite. Il est installé dans les stalles de traite ou les robots de traite dans le circuit du lait et n’utilise pas de réactifs ou d’échantillons supplémentaires.

Les premiers signes d’acidose peuvent être identifiés grâce à l’analyse des changements dans les protéines, les matières grasses et d’autres indicateurs du lait. Cette méthode est devenue l’un des moyens les plus fiables de diagnostiquer la maladie, car ces informations sont recueillies régulièrement.

En savoir plus

Lignes directrices de BROLIS HerdLine pour le diagnostic de l’acidose :

  • Lorsque la digestion est perturbée, il y a une diminution de la quantité de lait produite et de la concentration de ses composants.
  • Lorsque l’activité du rumen est perturbée, les bactéries dégradant les fibres diminuent – la teneur en matières grasses du lait diminue. Si la teneur en matières grasses du lait d’une vache est passée de 4,2 % à 3,0 – 3,3 %, c’est un signe fort que la vache souffre d’acidose.
  • Le rapport optimal entre les matières grasses et les protéines chez les vaches laitières est d’environ 1,2. Lorsque le rapport s’approche de la limite de 1,0 – 1,1, nous pouvons suspecter une acidose subaiguë, et s’il est inférieur à 1,0 et que des symptômes cliniques apparaissent, nous pouvons suspecter une acidose aiguë.

Le diagnostic précoce d’une acidose subclinique peut se limiter à un traitement léger et simple – prophylaxie, augmentation de l’apport en substances énergétiques de l’organisme. Lorsque la maladie progresse et passe à la forme clinique, le traitement peut durer de 2 à 5 jours. Les complications peuvent nécessiter un traitement plus sérieux à base d’anti-inflammatoires ou d’antibiotiques. Dans ce cas, le lait peut ne pas être vendu aux acheteurs, en fonction des préparations utilisées et des exigences relatives au délai d’attente pour le lait qui leur sont appliquées.

Traitement de l'acidose chez les bovins laitiers

Le vétérinaire prescrit un traitement en fonction de la gravité établie de la maladie et de l’agent causal. Il convient toutefois de suivre des conseils généraux :

  • Si des signes d’acidose sont observés, une partie des aliments contenant de l’amidon rapidement dégradable (grains, concentrés) devrait être remplacée par des aliments riches en fibres facilement digestibles (par exemple, la pulpe de betterave sucrière, la paille ou le foin cultivé conviennent également).
  • Les bovins qui surconsomment accidentellement des betteraves sucrières, des concentrés ou d’autres aliments contenant des hydrates de carbone devraient recevoir des médicaments neutralisant l’acidité dès que possible. Il est conseillé de donner 250 g de bicarbonate de sodium, 200 g de carbonate de calcium ou 100-200 g d’oxyde de magnésium dissous dans 20 – 40 litres d’eau. Toutefois, ces remèdes ne peuvent fonctionner que si le rumen est exempt de produits de dégradation toxiques. Si l’état de santé du bétail ne s’améliore pas au bout de 4 à 6 heures, le traitement médicamenteux doit être répété.
  • Pour rétablir l’activité du rumen, il est recommandé de donner de la levure, des extraits végétaux spéciaux ou d’autres additifs alimentaires.
  • Les bovins atteints d’une forme légère d’acidose peuvent se rétablir en modifiant la ration alimentaire : réduire les glucides et donner plus de fourrage grossier.
  • Si nécessaire, des antibiotiques ou d’autres préparations vétérinaires sont administrés.
  • Il est conseillé de transférer le contenu du rumen d’une vache en bonne santé (5 – 10 l).
  • La procédure de lavage du rumen est également appliquée aux bovins souffrant d’acidose aiguë. Il s’agit du traitement le plus radical et il doit être effectué le plus tôt possible. Après la procédure, il est conseillé de verser le contenu du rumen d’une vache saine, d’administrer des préparations d’antibiotiques et d’enzymes protéolytiques et d’injecter des solutions hypertoniques dans la veine.
  • En l’absence de traitement, si la maladie n’est pas détectée à temps et si aucune mesure n’est prise, les sabots des vaches s’abîment et se déforment, des ulcères apparaissent sur la plante des pieds et les animaux boitent.

Prévention de l'acidose chez les vaches

Afin d’éviter l’acidose et de maintenir une bonne qualité de lait, une prévention globale est très importante :

  • Afin d’éviter les problèmes causés par l’acidose, il est recommandé d’introduire progressivement des rations de type alimentation concentrée.
  • L’alimentation doit contenir des fibres de bonne qualité et correctement broyées. Évitez les aliments contaminés par des mycotoxines.
  • Il est recommandé de donner les aliments concentrés avec modération ; la quantité journalière prévue doit être donnée en plusieurs portions, de préférence mélangée à des aliments grossiers.
  • Il convient d’utiliser des additifs qui alcalinisent le contenu du rumen et améliorent son activité : bicarbonate de soude (1 à 2 % de la MS des aliments), carbonate de calcium, oxyde de magnésium, vitamines du groupe B, levure, enzymes, etc.
  • Le bicarbonate de soude peut être utilisé à titre prophylactique en le mélangeant à d’autres additifs alimentaires, mais il est recommandé de le faire périodiquement, car avec le temps, l’organisme s’adapte et il peut devenir inefficace.
  • Surveillez et analysez les changements dans les indicateurs du lait avec BROLIS HerdLine. Un analyseur de lait en ligne peut fournir de nombreuses informations utiles sur l’état de la mamelle des vaches. Les données présentées sur les changements de la composition du lait et d’autres indicateurs pendant la traite permettent d’identifier rapidement et efficacement les animaux dont le corps subit des changements qui ne sont pas caractéristiques d’un organisme sain. En évaluant les valeurs de la matière grasse du lait, des protéines, du lactose et d’autres indicateurs obtenus lors de chaque traite, le système fournit immédiatement des données sur les bovins présentant un risque d’acidose. Cela permet de prendre des décisions rapides et opportunes et de prévenir la progression de la maladie.