La mammite chez les vaches : Causes, symptômes, traitement et prévention

La mammite est une inflammation de la glande mammaire, généralement d’origine bactérienne, bien que des facteurs physiques (blessures mécaniques, conditions environnementales) puissent également influencer le développement de l’inflammation. Les bactéries pénètrent dans la mamelle par le canal du trayon, libérant des toxines qui endommagent les tissus producteurs de lait et provoquent une inflammation qui réduit la production et la qualité du lait. La mammite chez les bovins peut être détectée à tous les stades de la lactation, y compris pendant la période de sevrage, mais elle est plus fréquente chez les bovins au lait frais et en fin de lactation. Bien que l’on accorde beaucoup d’attention à la prévention de cette maladie, elle reste la principale cause de pertes économiques dans les fermes.

Causes de la mammite

Le plus souvent, la mammite chez les vaches est due à de mauvaises conditions environnementales, à des problèmes de santé de l’animal lui-même ou à des déficiences dans la gestion du troupeau. Il convient de prêter attention à l’hygiène de l’équipement de traite et du logement des animaux, à l’exhaustivité des rations, aux maladies gynécologiques, aux blessures et à d’autres facteurs. Par conséquent, une stratégie efficace de prévention et de contrôle de la mammite devrait inclure non seulement le traitement de la maladie, mais aussi la gestion de l’ensemble de la ferme.

Symptômes et types de mammites chez les bovins laitiers

L’inflammation de la glande mammaire est clinique (visible) et subclinique (cachée).

Mammite clinique

Les premiers symptômes de la forme clinique de la maladie sont l’épaississement et l’allongement des trayons du quartier touché ou de plusieurs quartiers de la mamelle. Les mouches volent autour du quartier touché, provoquant une irritation qui pousse souvent les vaches à donner des coups de pied dans la mamelle. La mammite clinique peut être suspectée à partir d’un changement de température de la mamelle. Le quartier de la mamelle affecté devient gonflé, rouge et douloureux. Pour ces raisons, les vaches se déplacent moins, leur démarche change. Elles semblent essayer de marcher plus prudemment pour minimiser l’irritation de la mamelle. En conséquence, des entorses aux articulations du pied peuvent se développer et les animaux commencent à boiter. Les vaches malades ont l’air fatiguées, perdent du poids, ont une température corporelle élevée et peuvent même avorter.

Dans le cas d’une mammite clinique, après la traite, les premiers jets de lait dans un récipient (des récipients spéciaux sont généralement utilisés), du mucus, des caillots, des flocons sont visibles, des traces de sang peuvent être visibles dans le lait. La couleur du lait change également. L’examen d’échantillons de lait par des méthodes de laboratoire permet de détecter de grandes quantités de cellules somatiques, de modifier les concentrations des principaux composants du lait, de changer la conductivité électrique du lait, etc.

Si seuls des changements sont observés dans le lait, la mammite clinique des vaches est qualifiée de légère. Si d’autres symptômes apparaissent, la mammite clinique peut être qualifiée de modérée ou de sévère, en fonction de leur gravité.

La mammite subclinique

La mammite subclinique se caractérise par une inflammation de la mamelle, lorsque le lait semble avoir une consistance et une couleur normales, qu’il n’y a pas de signes de la mamelle ou d’autres signes caractéristiques d’un animal malade et que l’inflammation n’est déterminée que par des changements dans la composition du lait. Afin de détecter une mammite latente, les vaches laitières doivent être examinées au moins une fois par mois, 10 à 14 jours avant le sevrage et 8 à 10 jours après le vêlage. Pendant la période de sevrage, il convient de surveiller la mamelle et l’état de santé général des vaches.

Une augmentation du nombre de cellules somatiques, une modification de la conductivité électrique du lait et une diminution de la concentration en lactose sont les principaux indicateurs du lait pour le diagnostic de la mammite subclinique. La surveillance des changements dans la composition et la quantité du lait peut aider à identifier efficacement et rapidement les vaches atteintes de mammite. La teneur des principaux composants du lait diminue de 5 à 15 %, la composition des matières grasses et des protéines change. Les lignes de traite modernes intègrent de plus en plus souvent divers systèmes, des « mini-laboratoires » qui permettent d’identifier les animaux malades et d’alléger la charge de travail des personnes travaillant dans la ferme. Il peut s’agir d’une excellente alternative aux tests effectués dans les laboratoires conventionnels, car les données sont obtenues immédiatement, il n’est pas nécessaire de se préoccuper de l’échantillonnage ou de la logistique, et le risque d’obtenir des données erronées en raison d’un échantillon mal prélevé ou d’autres facteurs d’influence est réduit. Cependant, tous les systèmes de ce type ne sont pas facilement applicables à de nombreuses fermes. Certains d’entre eux ne peuvent être installés que sur certaines lignes de traite, de sorte qu’un nombre important de fermes ne peuvent les adapter à leur équipement existant, tandis que d’autres manquent de précision et de fiabilité.

Pertes subies

La mammite peut augmenter les coûts des producteurs laitiers de 43 %. On estime que les pertes actuellement causées par la mammite peuvent atteindre ~185 euros/animal par an et qu’il s’agit de la deuxième raison la plus fréquente pour l’arrêt de la production des vaches.

Il a été observé que lorsque le CCS est présent dans le lait à 100 000/ml, la productivité des vaches à partir d’un quart du pis par jour diminue de 25 à 35 %, et de 10 à 15 % pendant toute la durée de la lactation. En moyenne, une vache malade ne produit pas 650 kg de lait pendant la lactation. Les animaux malades produisent moins de lait pendant le reste de leur vie.

Le plus souvent, la mammite subclinique sévit dans les exploitations. On dit que la plupart des pertes dans les exploitations laitières, qui peuvent atteindre 70 %, sont précisément causées par la mammite subclinique. Il est donc très important de détecter la mammite subclinique le plus tôt possible, avant que la maladie ne prenne une forme clinique. Cela ne peut se faire efficacement qu’avec l’aide d’outils de diagnostic modernes.

Comment détecter la mammite chez les vaches ?

Détermination du CCS

L’un des tests les plus populaires pour le diagnostic de la mammite subclinique est la détermination du nombre de cellules somatiques (CCS) dans le lait. Un nombre de cellules somatiques supérieur à 200 000/ml est le principal indicateur de la présence d’une mammite chez la vache. Ce test n’est pas toujours pratique et rapide, car il nécessite du matériel et des réactifs supplémentaires. Dans la plupart des cas, la précision des résultats est déterminée par la compétence de la personne qui a prélevé les échantillons et effectué le test. Lorsque les échantillons sont envoyés au laboratoire, les résultats des tests ne sont obtenus qu’après un certain temps, ce qui allonge le délai de diagnostic et de traitement de la maladie et entraîne des pertes plus importantes. Les tests commerciaux peuvent être effectués directement dans la ferme. Ces tests sont assez populaires, mais pas toujours pratiques, en particulier dans les grandes fermes, car chaque animal doit être testé individuellement. Cela implique des coûts de main-d’œuvre supplémentaires et la précision des résultats dépend de la diligence et de l’attention du travailleur. Certains fabricants ont mis au point des systèmes automatisés pour la détermination des cellules somatiques dans le lait, mais toutes les chaînes laitières n’ont pas la possibilité de les utiliser. Ces systèmes sont pratiques dans la mesure où les employés ne doivent plus s’occuper de l’échantillonnage et de l’évaluation des résultats, ce qui permet de gagner beaucoup de temps, mais ils nécessitent des soins et des réactifs supplémentaires pour la réalisation des tests.

La plupart des études de détection de la CCS sont basées sur la méthodologie du « California mastitis test ». Les agents tensioactifs actifs décomposent les noyaux des cellules du lait, libèrent l’ADN et modifient la viscosité du lait. Un indicateur est également souvent utilisé, qui modifie la couleur du mélange en raison d’un changement du pH du lait. Pour les tests commerciaux, quelques gouttes de lait de chaque quartier sont traites dans des plaques spéciales avec un réactif et, en tenant compte des changements dans la consistance et la couleur du lait, le résultat du test est évalué et il est déterminé si la vache souffre de mammite.

Diagnostic de la mammite avec le BROLIS HerdLine*

L’analyseur de lait en ligne BROLIS HerdLine est comme un petit laboratoire dans votre exploitation laitière. L’analyseur examine la composition du lait de chaque vache à chaque traite. Il est installé dans les stalles de traite ou les robots de traite dans la ligne de traite et n’utilise pas de réactifs ou d’échantillons supplémentaires.

En savoir plus

Lignes directrices de BROLIS HerdLine pour le diagnostic de la mammite :

  • 1 à 2 semaines avant l’apparition de la mammite, une diminution de la quantité de lait est perceptible. Une fois la maladie diagnostiquée, on observe une diminution soudaine de la quantité de lait produite (> 20 % dans le quartier affecté de la mamelle).
  • L’inflammation perturbe la synthèse du lactose. La norme typique du lactose, en fonction de la race bovine, est d’environ 4,7 – 4,9 %. En cas de mammite, la quantité de lactose dans le quartier affecté de la mamelle diminue jusqu’à 10 %.
  • La concentration moyenne de matières grasses dans le lait est de ~4,2 % et de protéines de ~3,4 % (les concentrations peuvent varier en fonction de la race bovine, de la génétique, etc.) Les graisses et les protéines peuvent diminuer de 5 à 15 % en cas de mammite.

*Cette fonction sera bientôt disponible.

Traitement de la mammite chez les vaches laitières

Une mammite latente non diagnostiquée ou non traitée peut évoluer vers une mammite clinique, qui se manifeste extérieurement par des changements au niveau de la mamelle, de la sécrétion de lait et de la détérioration générale de l’état corporel de l’animal. Le vétérinaire prescrira un traitement en fonction de la gravité de la maladie et de l’agent responsable. Dans le cas d’une mammite subclinique, un traitement simple peut suffire, de sorte qu’il n’est pas nécessaire de séparer et d’utiliser le lait de ces vaches. Les pertes sont moindres. Dans le cas d’une mammite clinique, le traitement fait généralement appel à des antibiotiques, des anti-inflammatoires, d’autres préparations spéciales et leurs combinaisons. Il est donc très important de diagnostiquer la maladie le plus tôt possible, car cela déterminera la nature du traitement. L’efficacité du traitement pendant la période de sevrage est plusieurs fois supérieure à celle du traitement pendant la lactation. Il est efficace de traiter tous les quartiers de la mamelle avec des médicaments à action prolongée spécialement préparés pour le traitement des vaches taries.

Le traitement antibiotique doit être utilisé en respectant certains principes :

  • Un vétérinaire doit examiner l’animal avant de choisir un traitement.
  • Avant de prescrire des médicaments pour le traitement, l’agent causal de la maladie doit être déterminé, puis le médicament approprié doit être sélectionné.
  • Le choix de l’antibiotique doit être basé sur l’antibiogramme.
  • Le traitement ne peut être interrompu prématurément, au premier signe d’amélioration de l’état de santé, et un traitement ne peut être remplacé soudainement par un autre.

D’un point de vue pratique, il est impossible d’éliminer complètement la mammite du troupeau, mais il est possible d’en réduire l’occurrence au minimum. Les vaches souffrant de mammite chronique sont une source d’infection pour l’ensemble du troupeau. Il est recommandé de réformer les vaches :

  • Qui ne peuvent être guéries.
  • Dont les mamelles sont gravement endommagées.
  • Infectées au cours de la lactation précédente et qui ne se sont pas rétablies après un traitement pendant la période de tarissement.
  • Dont la mamelle est tombante ou dont les quartiers de la mamelle sont durs ou déformés.
  • Vaches dont l’extrémité des trayons est blessée.
  • Les vaches qui ont eu une mammite clinique 3 fois pendant la lactation.

Prévention de la mammite chez les vaches

Pour éviter les mammites et maintenir une bonne qualité du lait, il est très important de mettre en place une prévention globale :

  • La saleté du bétail, des aires de couchage, des sols, des machines à traire et des aires de traite, ainsi qu’une mauvaise hygiène des mains des trayeurs créent des conditions propices à la propagation et à la reproduction des micro-organismes pathogènes.
  • Une ventilation adéquate dans les étables garantit des conditions microclimatiques optimales et empêche la reproduction des micro-organismes pathogènes.
  • Les courants d’air doivent être évités dans les bâtiments d’élevage. Ils refroidissent la mamelle, affaiblissent la barrière protectrice et augmentent le risque de pénétration des micro-organismes dans la mamelle.
  • Les corrals et les allées doivent être confortables, propres et répondre aux besoins physiologiques des animaux, afin de réduire autant que possible les risques de blessures à la mamelle.
  • Les lits doivent être secs, propres et périodiquement désinfectés. Les zones d’attente ne doivent pas être surpeuplées et tous les animaux doivent disposer d’un endroit pour se reposer.
  • Des matières premières de haute qualité et une alimentation complète sont un facteur très important dans la prévention des maladies du bétail.
  • Si l’exploitation compte plus de 5 % d’animaux dont les mamelles, les trayons et les pieds sont sales, cela indique que les conditions environnementales sont mauvaises.
  • Il est important de vérifier que les trayons sont sains, propres et secs avant de mettre les trayeuses.
  • L’utilisation de désinfectants avant et après la traite constitue une mesure de contrôle efficace contre les agents pathogènes responsables de maladies.
  • Lorsque la traite est terminée après que les trayons ont été correctement traités, le massage de la mamelle accélère le processus de traite et la mamelle est entièrement traite.
  • Certains chercheurs affirment que le traitement antibiotique des vaches en période de tarissement peut réduire l’apparition d’infections jusqu’à 82 %.
  • Le suivi des modifications des paramètres du lait à l’aide de l’analyseur en ligne BROLIS HerdLine peut fournir de nombreuses informations utiles sur l’état des mamelles des vaches. Les données présentées sur les changements de la composition du lait et d’autres indicateurs pendant la traite permettent d’identifier rapidement et efficacement les animaux dont le corps subit des changements qui ne sont pas caractéristiques d’un organisme sain. En évaluant les valeurs de la matière grasse du lait, des protéines, du lactose et d’autres indicateurs obtenus lors de chaque traite, le système fournit immédiatement des données sur les vaches qui risquent de souffrir de mammite. Cela permet de prendre des décisions rapides et opportunes et de prévenir la progression de la maladie.